The problem with chlorine in paper
Chlore dans le papier
Julie Loyer
1er avril, 2016

Le problème du chlore dans le papier: ce que vous devriez savoir

De nos jours, le chlore est partout. Dans l’eau que nous buvons, dans les piscines, et même dans nos machines à laver. Sa senteur donne même une impression de sécurité et de propreté. Alors pourquoi fait-on tout un plat avec l’utilisation du chlore dans le papier?

Et bien, tout d’abord, la fabrication du papier nécessite beaucoup d’eau. Afin de produire une feuille de papier très blanche, c’est majoritairement du chlore – et ses dérivés – qui est utilisé et reste coincé dans l’eau qui est ensuite rejetée dans l’environnement. Il se retrouve donc dans les rivières où les gens pêchent, se baignent, relaxent…

Le chlore qui est relâché dans l’environnement cause plusieurs problèmes. C’est une composante chimique créée par l’homme qui produit des dioxines, des furannes et plusieurs autres éléments avec des noms difficiles à prononcer qui sont aussi appelés les douze salopards. Même s’il est relâché en de très faibles quantités, le chlore s’accumule avec le temps car la planète n’arrive pas à s’en débarrasser. Il est donc absorbé par les plantes aquatiques, les poissons et à la fin de la chaîne, les humains.

Des problèmes de santé sérieux

Le principal problème de santé avec le chlore est que le corps n’arrive pas à l’éliminer et donc il s’accumule dans les graisses de notre organisme. Que ce soit par le biais de l’eau que nous buvons ou le poisson que nous mangeons, la quantité de chlore dans notre système augmente jour après jour, année après année.

Après un certain temps, pour certaines personnes, ça crée de nombreux problèmes de santé, dont différents cancers, des défaillances au niveau des systèmes reproducteurs et immunitaires, des dommages génétiques… Rien qui ne donne envie.

Et qu'en est-il du SCE?

Revenons au papier : le fait le plus intéressant par rapport au SCE – sans chlore élémentaire – ou ECF en anglais, est que c’est une norme, basée sur une loi, et ce pour la majorité des pays développés. Ça veut dire qu’en Amérique du Nord, n’importe quelle papetière qui respecte les normes en vigueur peut s’afficher comme SCE. C’est donc un attribut normal qui n’a rien d’exceptionnel. Promouvoir un papier en positionnant SCE en tant qu’attribut écologique est comme afficher la mention « faible en gras » sur un sac de carottes… c’est tout simplement insignifiant.

La réalité est différente pour un papier qui est fabriqué dans un pays en voie de développement où les standards environnementaux sont beaucoup plus bas. L’attribut SCE n’étant pas une norme, on peut leur attribuer une mention pour l’effort s’ils atteignent ce niveau.

Y a t-il des solutions?

Le chlore et ses dérivés nous entourent, mais il existe des solutions pour s’en distancier quelque peu. Les technologies alternatives s’appuient principalement sur l’oxygène. Ça peut sembler scientifique, mais en fait il y a des options accessibles au commun des mortels, telles que les piscines au sel, l’eau oxygénée et les produits détachant à base d’oxygène.

Je ne sais pas si vous devez arrêter de boire de l’eau chlorée dès maintenant (j’essaie personnellement d’éviter autant que possible), mais pour le papier la réponse est beaucoup plus simple. Il existe des papiers recyclés sans chlore de haute qualité et abordables, tel le Rolland Enviro. L’organisme Chlorine Free Products Association a même été créé pour certifier les papiers de ce genre et aider les consommateurs à faire des choix responsables. Parce que ça fait vraiment une différence. Les avez-vous essayés? Vous devriez, ça vaut la peine.