L’imprimé : une solution encore plus attrayante grâce au papier recyclé
Renée Yardley
27 avril 2018

Chez Rolland, nous croyons que lire sur une surface de papier favorise la compréhension et nous aide à mieux saisir les contenus complexes. Et nous ne sommes pas seuls. En effet, 88 % des gens âgés de 18 à 65 ans estiment profiter d’une compréhension supérieure lorsqu’ils lisent un texte sur papier, selon un sondage publié par l’organisme Two Sides.

Les professionnels du marketing et des communications s’accordent depuis longtemps pour dire que l’imprimé et le numérique sont complémentaires et offrent chacun des avantages distincts. Or, le faible impact environnemental des papiers fabriqués de façon durable constitue un argument fort en faveur de l’imprimé, ce qui pourrait en surprendre plus d’un en cette ère numérique. 

Chez Rolland, nous sommes déterminés à réduire au maximum notre empreinte écologique en fabricant des papiers commerciaux dont le contenu atteint jusqu’à 100 % de fibres postconsommation et en utilisant du biogaz pour combler 93 % des besoins en énergie de notre usine. Le recours au papier recyclé peut avoir une incidence positive sur l’environnement, qui peut même dépasser celle des bureaux entièrement sans papier.

Si les entreprises et les organisations dépendent aujourd’hui de l’instantanéité des communications numériques, l’imprimé favorise néanmoins une meilleure absorption de l’information, tandis que le papier recyclé contribue à la durabilité environnementale que nous méritons.

Le papier recyclé profite aux consommateurs, aux entreprises et à l’environnement  

Plusieurs clients de Rolland, tels que Patagonia, ont souligné les nombreux avantages du papier recyclé. Cet élément clé de la chaîne d’approvisionnement durable a aidé la marque de vêtements et d’accessoires de plein air à communiquer avec ses clients, tout en respectant son engagement d’inspirer et de mettre en place des solutions à la crise environnementale.

En plus de profiter aux clients, l’utilisation de papier fait de fibres recyclées peut également se révéler avantageuse pour le bénéfice net d’une entreprise. McDonald’s s’est notamment fixé l’objectif ambitieux de mettre en place le recyclage dans tous ses restaurants d’ici 2025, et d’offrir des emballages entièrement issus de sources renouvelables, recyclées ou d’origine certifiée (notamment par le Forest Stewardship CouncilMD, qui fait la promotion d’une gestion responsable des ressources forestières internationales). Le Financial Post a cité les propos de Tom Murray, de l’Environmental Defense Fund, un partenaire du projet, au sujet des bénéfices à la fois écologiques et commerciaux d’une telle initiative : « Lorsque McDonald’s a entrepris ses efforts de réduction des déchets il y a de cela près de 30 ans, les avantages pour l’entreprise et pour l’environnement ont été immédiats : la chaîne a économisé quelque 6 millions de dollars américains sur une base annuelle. »

Le papier recyclé, porte vers la durabilité

Comme l’a mentionné Nicole Rycroft, fondatrice et directrice générale de Canopée, un organisme sans but lucratif œuvrant à la protection des forêts et à la création de chaînes d’approvisionnement durables, dans l’une de nos Conversations avec les leaders environnementaux, « les grands clients de l’industrie papetière cherchent des réponses et veulent contribuer à la conservation des forêts et aux solutions climatiques ».

Le papier recyclé peut représenter une porte d’entrée vers la durabilité pour les entreprises. Imprimer sur du papier recyclé plutôt que sur du papier vierge élimine l’utilisation de ressources et l’impact environnemental associés à la foresterie, à l’enfouissement des déchets et la production de papier à partir de fibres vierges. En effet, cette dernière méthode exige plus d’eau que la production de fibres recyclées et désencrées. De plus, en diminuant la quantité de déchets qui se retrouvent dans les sites d’enfouissement, le recyclage du papier réduit également les émissions de méthane dégagées par la décomposition des matières organiques, un important contributeur aux changements climatiques. Aux États-Unis seulement, le recyclage du papier évite la production de plus de 20 millions de tonnes métriques d’équivalents en CO2 par année, selon les chiffres de 2014 offerts par l’American Forest & Paper Association, qui regroupent la majorité de l’industrie.